MIss Hermine

A elle seule elle peut me faire écrire bien des mots....

Un bonheur que d'admirer cette petite bête, craintive, vive et tellement belle

 

à savoir que je l'ai admirée chez moi à 500 m d'altitude et nom pas à 1000 m comme précisé sur Wikipédia

 

Photo du 06/04/2011

 

 

Infos Wikipédia

 

L’hermine (Mustela erminea) est un animal de la famille des mustélidés, devant son nom vernaculaire au latin armenius mus, « rat d'Arménie ».

 

Description:

Son pelage est, en été, brun foncé dessus et blanchâtre dessous. En hiver, l'animal, comme le lièvre variable et le lagopède, adopte une livrée entièrement blanche à l'exception de l'extrémité de sa queue qui reste noire. Vers la mi-mars l'hermine commence sa mue pour retrouver sa couleur d'été juste avant la saison des amours.

L'hermine adulte mesure de 22 à 32 cm de long plus sa queue de 8 à 12 cm, pour un poids variant de 125 à 440 grammes ; la femelle est en général plus petite et plus légère que le mâle

 
Vie:

L'hermine se rencontre essentiellement en zone de montagne au-dessus de 1 000 mètres en altitude mais également dans les secteurs de bocage extensif en plaine et colline.

L'hermine se nourrit essentiellement de petits rongeurs, plus rarement d'oiseaux, de grenouilles, ou d'insectes, mais elle ne dédaigne pas si l'occasion s'en présente d'inscrire à son menu un lapin. Elle est active principalement la nuit.

L'hermine est cependant attirée par les refuges, les chalets d'alpage et de façon générale tous les endroits fréquentés par les hommes car elle sait qu'elle pourra, avec un peu de chance, y trouver quelque nourriture.

La période des amours pour les hermines a lieu au printemps, avant la mue de l'été qui va lui faire perdre sa livrée hivernale. C'est aussi à cette époque qu'elles peuvent être observées le plus facilement car elles ont tendance à oublier alors les principes de sécurité les plus évidents vis-à-vis de leurs propres prédateurs.

La femelle met bas une fois par an, en avril. Sa portée est de trois à sept petits.

Les hermines furent introduites en Nouvelle-Zélande à la fin du XIXe siècle pour faire le ménage parmi les populations de souris qui infestaient alors le territoire. Aujourd'hui, les hermines sont abondantes dans les forêts de hêtres de Nouvelle-Zélande (Nothofagus sp.) où les populations de souris communes (Mus musculus) sauvages constituent une bonne partie de leur alimentation



24/04/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres

 
Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Espace de gestion